ERDOGAN OU LE MENSONGE DE GUTTERES AUX UN

archives protégés

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ Par Dan Albertini

Entre (). Haïti est-il confronté à sa notion d’irresponsabilité, avec un second mandat PHTK ? 1987, réclame la fréquentation de l’école fondamentale pour les enfants de 1804, est-ce le cas et de façon irréversible, en 2017 ? DC promet de rapatrier les révoqués du TPS, après 7 ans. Un standard. Bref, PHTK pataugeant dans sa propre cour, ignore comment Dessalines en est-il sorti de Vertières malgré démuni ? Hélas, diplomatie coercitive en vue. Fermons les ().

Tout le monde regarde, observe ce qui se passe à Ankara. Ce depuis la primature d’Erdogan, le profil de victime qu’il se dévouait à faire endosser par la communauté internationale ne peut bluffer sans fin. Ce violent opérera des crimes à venir, pires que ceux de Damas mais, dont la manne protectrice n’est plus à chercher. Qui est le saint-patron de cet homme coincé, aux prétentions insoutenables, au prix d’une extermination potentielle avérée : le crime ?

La question vous paraîtra exagérée telle elle est en apparence une accusation. En outre, elle demeure une question qui réclamera une réponse plus tard. Trop tard pour des larmes sèches.

Les relations internationales dans le lexique de Jacques Huntzinger [Introduction aux relations internationales], prof. U Paris X-Nanterre, publié aux éditions Seuil, nous dit que celles-ci ont longtemps été dominées par les rapports de forces. Et, il met en exergue les fameuses relations US-URSS dont ces deux Mapous (grand arbre séculaire géant ombrageux) qui mieux que mathématisaient une sphère d’influence sous la forme de « théorie domino », matérialisaient une guerre d’influence sous la forme de « lanceur de marteau » aux conséquences néfastes. Le pays tiers d’accueil en sait d’ailleurs le coût, comme le coup fatal Reagan/Bishop, qu’il soit un État-nation tel que le veut l’universalisation prescrite en P.117 et, qui cite en para-I, « les relations internationales actuelles », invoquant en référence, Joseph Frankel [auteur de International Relations in the Changing World (Oxford-New/York, 1979)]. Je parle-là de major degree réputé, en terme de cursus universitaire internationale et d’expertise.

Huntzinger formule en para-II, même page : « l’observation historique oblige à constater la fragmentation permanente de l’humanité en des sociétés distinctes et rivales et le développement continu du système étatique ». Ce n’est donc Noam Chomsky qui ira démentir Huntzinger. Acceptons alors qu’ici au Québec dans un Canada fédéralisé, c’est la notion qui va encore décaper le tissus, tant par la nouvelle déclaration du premier ministre du Québec, Philippe Couillard en l’occurrence, et, les revendications traditionnelles du Parti Québécois, par la voix de son Chef d’Opposition Officielle, en la personne de J-F Lisée qui fait un virage communautaire. Oups, Trudeau-lui se la transfert au Vatican du scandale sur scandales. Attention, la fragmentation est telle que le vecteur Martine Ouellette, nouvelle chef du Bloc non élue à Ottawa, ne voit le Québec à la façon Lisée, au point de se dissocier après défaite, du PQ. Notion de « pouvoir » citée par l’auteur, dans ce contexte. La fragmentation pénètre plus le cratère de cette dite-société canadienne si l’on considère les nations autochtones, subdivisées elles-mêmes, et la notion de « fusion défusion » dans le temps de la primature péquiste, ce qui traine aujourd’hui encore entre Longueuil et Brossard, par leurs mairesse et maire respectifs. Le schisme est donc à ce point profond. Huntzinger est catégorique là-dessus dans ses considérations : « car il n’y a jamais eu de solidarité active entre l’ensemble des groupes sociaux et des hommes. Il y a toujours eu «distribution historique du pouvoir» à travers des sociétés distinctes ; c’est le phénomène premier de la communauté internationale ». N’oublions surtout pas que nous sommes là dans un Canada-dit pacifiste, de coopération, fédéraliste. Il faut néanmoins comprendre que la question soulevée fait partie d’une Turquie véritable mosaïque sociale dans tous les sens du terme dont celui du pouvoir local. Cependant, pris dans l’enclume de l’Eurasie. Du moins, bénéficiant de cette dichotomie continentale apparemment insensée mais si réaliste, un pas indifférent vers l’enfer de bombes infernales.

Ainsi donc, Erdogan a su jouer sur cette faiblesse bi-continentale depuis sa primature mais pour engranger suffisamment afin de grimper en pouvoir stricte, en dehors de l’Euro-Delors esquissé, devrait dire Macron président. Ce Macron du pays dont l’historique et fabuleuse partie de la Bourgogne des temps anciens jusqu’à l’ère moderne. Quel rapport ?

J’ai soulevé ci-haut la notion des relations internationales, d’après Huntzinger/Frankel. Si la notion soutenait autrefois l’expertise et ce besoin d’expertise diplomatique, les temps ont  changé mais dans le scénario du pire. J’ai récemment soulevé la notion de président per diem dans le comportement de ces nouveaux chefs-d’État qui voyagent au gré du beau temps mais qui dans la réalité se remplissent les poches par la notion de per diem, en déplacement. Le drame à venir va plus loin que celui de caisses vides sans vente d’arme, comme à Ottawa. C’est une notion d’expertise diplomatique et de relation diplomatique qui tend à disparaitre au gré de la présidence-Facebook. Nous en avions eu récemment tellement d’interprétations sur la dernière rencontre au sommet de l’OTAN. L’image qui parle mieux qu’un reportage rédigé. Le risque d’incidents graves est réel. Quel diplomate serait expert en la matière alors, là ?

La problématique est de taille, si l’on considère la France-Macron, dont le premier jour n’a vu en départ express le diplomate, mais le président vers Berlin. Quelle sensibilité globale, telle lecture logique sensitive pour Erdogan, puisqu’il en est question. La diplomatie française dont la réputation des Faïence, Baccarat, Limoge, Bordeaux, Dijon ou de Bourgogne plus sensiblement avait l’air autrefois, de culture, d’artisanat de valeur convoités sur les tables et dans les valises diplomatiques. Mais, si l’on remonte le temps (Point de frontières de Jean-François Bazin), de ce Bourguignon « aux quatre mains », l’on reconnaîtra cette expertise qui permet des lancements de fusées Ariane ou, cacherait cet autre chose de névralgique en proximité. Ce n’est dans le TGV qui vous mène de Gare-de-Lyon à Gare de Genève, quand vous traversez fortuitement Bourg-en-Bresse dans Rhône-Alpes qu’on vous dira la réalité sur la Vallée de l’image comme de l’automatisation qui a vu la fabrication des bogies de TGV ou la photocellule de robot pour abattage d’arbres. Grosse névrose qui circule en Silicone Valley aux U.S. est loin d’une sclérose. C’est un cœur du codage dont le décodeur de la télévision numérique. Il faudrait invoquer Dassault pour mieux comprendre. Des systèmes radars multiplexes. Un nerf de la guerre. N’est-ce pas cette technologie qui était aux services de Kadhafi et de tant de dictateurs qui surveillaient les communications personnelles de leurs concitoyens pour des fins de domination personnelle ? Quels rôle dans les lecteurs du CERN si l’on parle de recherches sur l’énergie nucléaire ? Mieux, si l’on remonte à Cuvillier, dans le domaine associé de l’optique de pointe. Cela va plus loin même si révélateur dans la logique d’études-Huntzinger, comme à Dijon dont l’artère centre qui est en fait une guerre de drapeau allant des clés croisant l’épée à la fleurdelisé. Car, la logique de la France nucléaire est aussi bâtie en exclusivité sur la notion « des intérêts vitaux ». Point ! Point de communauté européenne, point de « solidaire dans la tempête ». Huntzinger ne saurait le nier aujourd’hui. Les Nippons à Pearl Harbor c’était ce genre de trahison. Et le Nuc… Macron est-il fautif, non mais Macron président est-il un risque dans cette France résolument incertaine, oui. L’Histoire de France est éloquente sur ce point. Qui est alors cet homme qui se refuse d’avoir des enfants génétique pour le développement et la croissance de la République : est-ce par infertilité au coût du désespoir ? Citoyen, cela ne nous regarde pas, mais président, ceci interpelle même le naïf. Égoïste, malade, pervers, qu’en savons-nous, quand il se marie à… ? La conjoncture française est si fragile que tout peut arriver, même avec Erdogan comme associé. Il ne suffit pas pour le frenchie de critiquer la récente vente d’armes américaines au roi saoudien, n’oublions l’affaire Mistral Sarkozy-Hollande et d’armes à Kadhafi, jusqu’aux scandales accusant le président Sarkozy de trafic d’influence monnayé aux élections. Macron.

Il ne faut jamais sous-estimer l’autre ni refuser de le lire, sous prétexte de. Les ambitions sont toujours dévoilées. Macron au Mâcon est un risque qui peut basculer à tout moment, tant dans sa personne que dans sa personnalité française. D’ailleurs l’Europe ne tient plus qu’à un fil, même si Londres n’était si fort au Malouines, sans support logistique de DC, comme pour la WWII. Ni la France en Afrique sans l’Allemagne post Mein Kampf. Il y a donc là matière à réflexion, comme on voit l’insatisfaction originelle à nos jours de la Grande-Bretagne brexitant. Rentrons une référence hasardeuse et insignifiante en apparence mais tellement peu commun. Le Mandala, tapis tibétain fait de tissage artisanal de diagrammes géométriques en relation avec l’univers et la méditation bouddhiste. Plus que de la perception et de la méditation, c’est aussi la complexité d’une expertise dans les calculs mathématisés que l’on retrouve dans la formation de cœurs informatiques, de circuit intégré de puce électronique et de technologies numériques. C’est aussi et souvent la logique cultivée dans la compréhension militaire stratégique codifiée ou de la complexité dans la culture des intentions. L’Iran, ancienne Perse, est bâti sur cette logique soutenue dans leur sémantisme. Celle de Mein Kampf était pourtant connue. Que sait donc Erdogan pour qu’il avance de ce pas dangereux ? Ce n’est peut-être pas sans raison que l’Arabie Saoudite est en train de s’armer à coup de G$.

Revenons alors à Erdogan, à ses ambitions, à ses manipulations. Tel AH. Le monde organisé prétend commémorer des événements du passé dans le but pédagogique du souvenir afin de ne plus retomber dans ce harnais. C’est pourtant ce qui se dessine avec d’une part, al Sisi en Égypte, Bachar à Damas, Duterte à Manille, et maintenant Erdogan à Ankara. N’importe quelle grande puissance peut soit s’appuyer sur cet axe pour faire diversion, mais d’autre part, négocier à perte avec une partie de cet axe afin de barrer la main qui gère derrière tout ça, et tolérer des crimes des plus atroces contre des populations civiles en danger d’extermination.

La question se pose ainsi alors : s’il faut alarmer, quelles sont les communautés qui sont réellement menacées dans une telle Turquie si explosive et, pourquoi ? Faudrait-il alors jouer la carte du risque réel pour le citoyen juif ou pour le Juif longtemps établi en Turquie, puisque le p’tit cadavre syrien d’Aylan en découvert sur la plage turc, ne suffit pas pour alarmer ?

Israël est aujourd’hui un État-nation qui ne se défend avec le son de la cithare et des chants qui auraient fait tomber les murs de Jéricho et la bravoure des Philistins, d’après une littérature poétique audacieuse. Israël aujourd’hui n’est même pas inquiet des acquisitions militaires de l’Arabie Saoudite, ce qui nous laisse ainsi à traduire sa force de frappe de guerre ou minimalement sa capacité à se défendre. Si en outre Israël est sur le marché international de la fabrication et de la vente d’armes, Il ne devrait surtout pas sous-estimer la cruauté de l’homme dans ses desseins génocidaires, et dans ce cas-ci, le spectre d’Erdogan qui se dessine comme dans la folie de Milosevic. Alors, ce serait un déni de responsabilité qui dépasserait la gageure Guterres Sg en cours aux UN, car il n’aurait rien à perdre, à l’image de tous ses prédécesseurs sinon travailler pour son Europe, comme Dag dag dans le temps. Erdogan n’est de toute évidence pas seul. La récente découverte des propos de la Hitler diplomatique, dans les archives de la défunte SDN exhumées des poussières du Palais des Nations à Genève, devrait pourtant éclairer en ce sens. Histoire : « aux grands maux les grands remèdes » !

Sommes-nous ou suis-je alarmiste ? À tort ? Allez donc sur un parc municipal d’une ville de banlieue. Regardez jouer ces petits enfants de l’âge d’Aylan en Syrie, avec leurs parents. Dans toute leur innocence. C’est peut-être le vôtre si vous y êtes. À défaut d’une plage syrienne, lui offririez-vous une plage turque ? C’est à cette question que Guterres, la diplomatie onusienne et chaque diplomate accrédité, devront y répondre !

Ce n’est plus seulement si Damas n’est évacuée de Bachar le pire est encore à venir, Erdogan est un monstre en marche. Et alors, Guterres et son mensonge d’humaniste à la barre.

dan@danalbertini.co